•  

    J'ai de merveilleux souvenirs au Niger.

    J'y suis allé moi aussi en mission humanitaire.Niamey, Zinder,Agadez,Ifréouane autant de lieux que j'ai découvert avec chaque fois un accueil chaleureux. J'ai donc été bouleversé quand j'ai appris le traquenard dans lequel sont tombés ces humanitaires Français, voulant profiter de leur week end pour aller admirer un parc naturel unique.Une pensée particulière pour la seule femme qui venait juste d'arriver dans ce pays et qui a été sauvagement assassinée.

    Incompréhension au Niger...

    Comment s'en prendre à des personnes venues de la lointaine France pour aider des populations dont certaines ont tout juste le minimum vital pour survivre. C'est dramatique, c'est injuste, c'est incompréhensible. L'étranger est jugé dangereux, riche, accusé de faire peu de cas des coutumes et des religions du pays. Reste aussi les pressions politiques entre pays et contre les populations.

    Incompréhension au Niger...

    Je sais, vu mon âge que je  ne verrais plus les touaregs dans le désert vivant dans des communautés actives et conviviales. Je ne partagerais plus les repas uniques  que les femmes mettent des heures à préparer. Je n'entendrais pas les musiques parfois lancinantes qui s'élèvent dans la nuit et les danses traditionelles. Je ne dormirais plus sur une natte sous un ciel pur et étoilé.

    Incompréhension au Niger...

    Je n'irais plus le matin au contact des gens ,boire un thé  après avoir cassé un peu de sucre avec le marteau traditionnel, discuter longuement pour acheter quelques objets uniques , qui enfermés dans ma vitrine aux souvenirs me rappellent les moments forts passés au Niger. Heureusement que la nostalgie prend finalement la place du ressentiment.

    Incompréhension au Niger...

    Bonne semaine.

     


    46 commentaires
  • Restons encore un peu en Afrique.je vous emmène aujourd'hui à 500 kilomètres , au Centre est, de Kinshasa en République Démocratique du Congo. On attérrit en pleine brousse  sur une piste en terre bosselée et on est projeté immédiatement dans un autre monde !

    On avait appris que se déroulait deans ce gros village de Gungu un festival qui se tient tous les deux ou trois ans et qui réunit tous les groupes ethniques du Bandundu.

    Festival de Gungu

    Image du net

    On se retrouve sur une prairie servant aussi de lieu de rassemblement sous un énorme abri de branchages où l'on nous avait réservé des places de choix en tant qu'invités des communautés.

    Impossible pour moi de rester assis et je vais me mêler au milieu des participants pour obtenir quelques images de près. Elles datent de 1998 je pense , et je vous les laisse découvrir.J'ai gardé des contacts avec des personnes vivant encore dans cette région difficile.Le plus proche point d'accès se trouve à Kikwit  à 160 kilomètres que l'on ne peut atteindre qu' à travers des pistes incroyables.L'accès à Gungu se faisant d'ailleurs par un bac qui traverse le fleuve et qui se déplace à la force des bras de l'équipage ,une aventure en soi !

    Festival de Gungu

    Image du net

    Je suis retourné deux fois là bas et j'y ai des souvenirs inoubliables. On ne peut raconter l'ambiance, la vie difficile, la solidarité, les enfants....C'est L'Afrique dans tout ce qui lui est propre et mystérieuse....

    De la même façon on ne peut raconter le déroulé du festival, c'est une manifestation unique, et je dois dire que nous n'étions que quelques blancs,mais chaleureusement accueillis.Une leçon à retenir....

    Je vous souhaite une excellente fin de semaine.


    46 commentaires
  • Voila longtemps que je n'avais plus parlé de l'Afrique ce continent où j'ai bourlingué pendant de nombreuses années et qui m'a laissé des souvenirs que je ne suis pas prêt d'oublier....

    La créativité des Africains est sans limite et j'ai chez moi bien des petites choses inolites que j'ai acheté où que des créateurs m'ont offert que je garde précieusement dans ma vitrine aux souvenirs de voyage.

    Je suis tombé par hasard sur une vidéo de Boubou Désign, un artiste Sénégalais qui m'a vraiment bluffé.

    Il réalise des peintures essentiellement des portraits avec toute sorte d'objets et il peint toujours à l'envers car il dit que c'est beaucoup plus facile.

    Moi je voudrais déja peindre comme lui à l'endroit.Mdrrr

    Ces vidéos sont insolites et amusantes et j'ai vraiment eu envie de les partager avec vous.

    Boubou est sur les traces d'un grand avenir c'est important en Afrique....

    Steve Jobs le patron d'Apple devrait lui faire un petit chèque puisque Boubou lui a montré qu'avec un I-Phone on pouvait même créer  son portrait.

    Bonne soirée.

     


    54 commentaires
  •  

    Oui, c'est la rentrée,les vacances sont terminées, et les élèves de tout âge retrouvent le chemin des écoles.

    Comme vous le savez j'ai beaucoup voyagé, et des écoles je peux vous dire que j'en ai visité.

    Celle du clip que j'ai tourné a été un moment exceptionnel .Peu de moyens dans un village de Casamance au Sud du Cap Skiring .Un accueil chaleureux de l'instituteur et des enfants dont la bonne humeur et la  fierté d'être Sénégalais envahissaient l'espace vital.Merveilleux.

    Au Népal, la tolérance  entre religions est affichée dans l'entrée.Les élèves portent l'uniforme de l'école dans une tradition britannique incontestée. Pourtant ce sont des enfants des quartiers populaires, voire défavorisés de la périphérie de Katmandou.On sent la discipline et le respect envers l'enseignant et les visiteurs.

     

    C'est la rentrée.....

    Enfin en Inde, au Sud de Jodhpur dans un gros village des classes, où il n'y a presque rien, les enfants sont assis par terre de façon inconfortable, seule l'institutrice a droit à une chaise en plastique.. On sent la pauvreté, le peu de moyens les élèves sont sous un préau crasseux.Imaginez vous quand il pleut ! Le repas dans les gamelles doit être frugal aussi.Avec mes amis , nous avions achetés 100 cahiers et des fournitures, et ce cadeau apprécié par la directrice avait été mis immédiatement en sécurité.

    C'est la rentrée.....

    C'est la rentrée.....

     

     

    On est loin des problèmes de portables interdits maintenant dans les écoles françaises .Après tout on va à l'école  pour apprendre, pas pour envoyer des SMS écrits en langage phonétique.....

    Bonne rentrée.


    56 commentaires
  • Prenez le temps de visionner ce clip pour bien comprendre qui était Hugh Masekela.

    J'aime les hommes qui forcent leur destin et ont une vie extraordinaire.

    C'est le cas de Hugh Masekela qui nous a quitté mardi dernier. Son nom n'est connu chez nous que par les grands amateurs de blues et de musique Africaine.

    Alors imaginez cet homme enfant dans le ghetto de Soweto en Afrique du Sud où il avec sa grand mère.Il commence par jouer du piano,puis un prêtre l'ncite à jouer de la trompette et  lui en offre une qui avait  été la propriété de  Louis Amstrong. Un rêve !

    Il part à Londres, puis rapidement à New York .On est en 1960. Il devient l'ami de Dizzy Gillespie et Miles Davis, excusez du peu.

    Cet homme tiendra aux Etats unis le haut de tous les hits parades  devant les Rollings Stones ou autre Bob Marley.Il devient une grande vedette Internationale au succès constant. On est loin de la misère de Soweto.

    Des foules immenses sont venues l'écouter sur les plus grandes scènes du Monde.

    Et puis il retournera dans son pays natal et  sera de tous les combats contre l'apartheid, jusqu'à la libération de  Nelson Mandela et son accès au pouvoir.

    Son morceau d'anthologie reste le "Coal Train" chanté et joué devant une marée humaine qui l'acclamera à l'évocation  de ces trains de mineurs quasiment des esclaves. "  Il y a un train qui vient de Namibie et du Mozambique, du Swaziland et du Lesotho, qui amène des jeunes et vieux Africains à la conscription dans les mines d’or de Johannesburg, seize heures par jour pour presque rien.» Sa trompette magique imitera alors le roulement essoufflé de ce train. Magnifique.

     C'est d'ailleurs cette  séquence que j'ai choisie car elle me semble celle qui colle au plus près avec cet artiste qui n'avait jamais oublié ses racines.

    Ciao l'artiste.

     

    Passez une agréable fin de semaine.

     

     

     

     


    47 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique