•  

    Oui, c'est la rentrée,les vacances sont terminées, et les élèves de tout âge retrouvent le chemin des écoles.

    Comme vous le savez j'ai beaucoup voyagé, et des écoles je peux vous dire que j'en ai visité.

    Celle du clip que j'ai tourné a été un moment exceptionnel .Peu de moyens dans un village de Casamance au Sud du Cap Skiring .Un accueil chaleureux de l'instituteur et des enfants dont la bonne humeur et la  fierté d'être Sénégalais envahissaient l'espace vital.Merveilleux.

    Au Népal, la tolérance  entre religions est affichée dans l'entrée.Les élèves portent l'uniforme de l'école dans une tradition britannique incontestée. Pourtant ce sont des enfants des quartiers populaires, voire défavorisés de la périphérie de Katmandou.On sent la discipline et le respect envers l'enseignant et les visiteurs.

     

    C'est la rentrée.....

    Enfin en Inde, au Sud de Jodhpur dans un gros village des classes, où il n'y a presque rien, les enfants sont assis par terre de façon inconfortable, seule l'institutrice a droit à une chaise en plastique.. On sent la pauvreté, le peu de moyens les élèves sont sous un préau crasseux.Imaginez vous quand il pleut ! Le repas dans les gamelles doit être frugal aussi.Avec mes amis , nous avions achetés 100 cahiers et des fournitures, et ce cadeau apprécié par la directrice avait été mis immédiatement en sécurité.

    C'est la rentrée.....

    C'est la rentrée.....

     

     

    On est loin des problèmes de portables interdits maintenant dans les écoles françaises .Après tout on va à l'école  pour apprendre, pas pour envoyer des SMS écrits en langage phonétique.....

    Bonne rentrée.


    56 commentaires
  • Prenez le temps de visionner ce clip pour bien comprendre qui était Hugh Masekela.

    J'aime les hommes qui forcent leur destin et ont une vie extraordinaire.

    C'est le cas de Hugh Masekela qui nous a quitté mardi dernier. Son nom n'est connu chez nous que par les grands amateurs de blues et de musique Africaine.

    Alors imaginez cet homme enfant dans le ghetto de Soweto en Afrique du Sud où il avec sa grand mère.Il commence par jouer du piano,puis un prêtre l'ncite à jouer de la trompette et  lui en offre une qui avait  été la propriété de  Louis Amstrong. Un rêve !

    Il part à Londres, puis rapidement à New York .On est en 1960. Il devient l'ami de Dizzy Gillespie et Miles Davis, excusez du peu.

    Cet homme tiendra aux Etats unis le haut de tous les hits parades  devant les Rollings Stones ou autre Bob Marley.Il devient une grande vedette Internationale au succès constant. On est loin de la misère de Soweto.

    Des foules immenses sont venues l'écouter sur les plus grandes scènes du Monde.

    Et puis il retournera dans son pays natal et  sera de tous les combats contre l'apartheid, jusqu'à la libération de  Nelson Mandela et son accès au pouvoir.

    Son morceau d'anthologie reste le "Coal Train" chanté et joué devant une marée humaine qui l'acclamera à l'évocation  de ces trains de mineurs quasiment des esclaves. "  Il y a un train qui vient de Namibie et du Mozambique, du Swaziland et du Lesotho, qui amène des jeunes et vieux Africains à la conscription dans les mines d’or de Johannesburg, seize heures par jour pour presque rien.» Sa trompette magique imitera alors le roulement essoufflé de ce train. Magnifique.

     C'est d'ailleurs cette  séquence que j'ai choisie car elle me semble celle qui colle au plus près avec cet artiste qui n'avait jamais oublié ses racines.

    Ciao l'artiste.

     

    Passez une agréable fin de semaine.

     

     

     

     


    48 commentaires
  • Calor Africana......

    Voila des mois qu'il n' est pas tombé  une seule goutte d'eau dans la région Ajaccienne où je demeure.

    La chaleur continue que nous subissons fatigue les organismes et même si nous ne travaillons plus, nous attendons avec impatience le frais du soir ou celui du matin.

    Il faut arroser en permanence pour maintenir un peu de verdure et de couleurs sur les lieux de vie et combattre les moustiques qui prolifèrent....La galère estivale.

    Cela me rappelle la chaleur Africaine qui nous assommait parfois sur les parkings des aéroports lorsque l'on refaisait les pleins à la pompe Japy !

    Calor Africana......

    Et puis il y avait ces bons moments où l'on découvrait dans une vieille baraque en bois dans un petit village  l'objet original et artisanal qui rappelle l'escale.

    Cette valise je l'ai acheté en Casamance où au Mali . J'ai ensuite demandé  au propriétaire de débarquer avec son stock à l'hôtel où nous étions descendus et qu'au prix convenu je l'assurais qu'il vendrait tout. Ce qu'il fit très rapidement.

    Calor Africana......

    Il avait voulu me faire cadeau d'un bracelet Touareg en remerciement de la superbe journée d'affaires qu'il avait réalisé, car m'assurait 'il il n'avait jamais vendu autant de valises en une seule journée.....

    Chaque fois qu'il fait trop chaud je pense à cette séquence.....

    Je vous souhaite un bon dimanche et pour ceux qui bossent un bon retour dans vos bureaux climatisés dès lundi !!!!!


    59 commentaires
  •  

    La tribu de Ouaga......

    Une histoire de plus de vingt cinq ans.Je suis en mission humanitaire au Burkina -Faso. Logé à l'hôtel Indépendance, le rendez vous incontournable pour ceux qui  sont de passage à l'époque  à Ouagadougou.

    Les escaliers de l'entrée sont envahis par des gamins qui vendent les cartes en batik et présentent les dernières collections....

    La tribu de Ouaga......

    En face de pauvres baraques faites de bric et de broc  et où des vendeurs ou des artisans offrent  les souvenirs d'Afrique.

    La tribu de Ouaga......

    Je rencontre Firmin à qui j'achète quelques souvenirs après une négociation rapide. C'est un estropié il a eu un accident et il se déplace difficilement.Il me raconte sa vie , ses difficultés, son désir de se marier, et surtout son souci est de garder son emplacement de vente qu'il n'a pas fini de payer et il me demande si je peux l'aider.

    Je pense lui avoir donné environ 150 frs de l'époque, rien pour moi énorme pour lui. Il était heureux et m'embrasse.Il me demande si je vais revenir à Ouaga. Je lui réponds l'année prochaine peut être !

    La tribu de Ouaga......

    L'année suivante Firmin est toujours là et il me reconnaît tout de suite.Il me dit que je lui ai porté chance, il a gardé sa boutique, a trouvé une femme et il est heureux.

    Et puis il ouvre un vieux meuble en sort un petit sac de jute  et me dit c'est pour toi, car je savais que tu devais repasser.

    La suite vous l'avez en photo.

    Vous devinez que ces figurines ont une grande valeur pour moi.

    Bon dimanche et bonne semaine, ici il fait beau et chaud, l'été est là ! 

     


    57 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique