• Divine galette....

    Divine galette....

     

    J'avais indiqué récemment que je ne mangeais que la galette des rois élaborée par mon épouse. Nous en avons dégusté une en famille le jour de l'épiphanie mais aujourd'hui cela sera une dégustation privée.

    Je peux vous dire que cette galette à la frangipane est merveilleuse car confectionnée en prenant son temps et avec amour....

    La recette de départ est celle de Lenôtre le grand pâtissier parisien, améliorée au fil des ans par Madame Baba.

    C'est elle qui trouve toujours la fève , et malgré ses dénégations répétées je la soupçonne de mettre des signes cabalistiques pour ce faire , que ma vue déclinante ne peut voir....

    J'avais laissé cet article en suspens, mais entre temps on a donné son compte à la galette.Comme d'habitude ,mon épouse à eu la fève ce qui me laisse toujours dans un état d'infériorité.

    Bon j'ai quand même vidé une coupe de champagne à la santé des rois mages !

    Bon dimanche.

  •  

     

    L'oeil.......

    Il y a quelques jours en effectuant un carottage au pied du fortin de Girolata ,un  ingénieur  a trouvé à l'intérieur de ce prélèvement effectué à quatre mètres de profondeur un oeil de Sainte Lucie datant de 4000 ans. Et alors ?

    La première conclusion , c'est qu'il y a quatre mille ans le niveau de la mer était bien plus haut que maintenant, on peut s'en rendre compte en observant la photo  de présentation de l'article où l'on voit le fortin de Girolata. Il faut savoir aussi que ce lieu n'est accessible que par la mer ou  par un sentier à travers le maquis.Pas de route ni de piste pour admirer ce haut lieu touristique de l'île.

    L'oeil.......

    Car l'oeil de Sainte Lucie est en fait l'opercule d'un coquillage  (molusque), dénommé  le turbo rugeux que l'on trouve sur les rivages de Marseille ou  de Corse. Cet opercule peut se dénommer oeil de Vénus ou de la vierge Marie.

    Qui n'a pas vu dans certaines églises  la statue de Sainte Lucie tenant dans ses mains un plat où l'on distingue deux yeux ?

    L'oeil.......

    Car bien évidemment la légende veut qu'une belle jeune fille de Syracuse jeta à la mer après les avoir arrachés, ses beaux yeux afin que sa mère retrouve la vue. Le voeu exaucée, la vierge Marie lui rendra , en remerciement de sa dévotion, des yeux encore plus beaux que ceux d'origine.

    L'oeil.......

    Dès lors l'oeil de Sainte Lucie devient un porte bonheur que l'on porte pour conjurer le mauvais sort, et une dévotion particulière est réservée à la sainte  par l'église catholiques.

    Les bijoutiers présentent de nos jours de très belles créations que bien des belles portent autour de leur cou ou à leur poignet.

    L'oeil.......

    Dans notre famille nous avons une certaine affection pour ce prénom que portait une de nos tantes et qui est le deuxième prénom aussi de ma petite fille.

    On aborde le dernier week end de Novembre sous la pluie, mais il ne fait pas froid.

    Que le votre soit agréable, ne vous précipitez pas dans les magasins qui ouvrent ce matin.

    Prenez soin de vous

    NB: Toutes les photos sont du net


    40 commentaires
  • Maï Pesce est une des plus belles voix de Corse. Il vient de sortir un album où il rend un hommage appuyé à César Vezzani , un artiste Bastiais qui s'est produit sur les plus grandes scènes d'Europe.Le clip est d'autant plus intéréssant par le fait qu'il fait découvrir les plus beaux endroits de Bastia la ville de ma jeunesse où j'ai bien sûr de nombreux et heureux souvenirs.

    César Vezzani est né à Bastia le 8/8/1888, facile à retenir finalement. Il part faire ses études musicales à Toulon, se rend à Paris pour les poursuivre, mais décroche rapidement un contrat à 23 ans pour chanter à l'Opéra Comique. C'est le succès immédiat  qui ne se démentira plus. Ce ténor va enchanter les plus grandes salles Européennes et chantera même devant le Tsar Alexandre II à Moscou.

    Homme généreux à l'accès facile il sera adulé dans sa ville natale. Son buste orne d'ailleurs l'escalier double qui donne accès au Théatre de Bastia que l'on aperçoit d'ailleurs dans le clip de Maï Pesce. Son fils et son petit fils porteront son nom afin que chacun se souvienne.

    J'ai choisi cet extrait du Trovatore , n'oublions pas qu'il s'agit d'un enregistrement d'époque  !

      

    Belle occasion pour moi d'honorer Bastia, ville où j'ai vécu jusqu'à mon mariage, et bien sûr deux chanteurs que j'aime et voulait vous faire découvrir.

    Très bonne soirée et bon week end.


    55 commentaires
  • Quand je ne suis pas en voyage, je dois dire que je suis assez casanier. Le confinement ne me dérange donc pas trop et profitant du beau temps actuel, je passe mon temps dans mon jardin, ce qui permet à celui ci de dépasser bientôt en propreté celui de Versailles et à mon crâne dégarni d' être bientôt  cramé par l'astre solaire.

    Cela ne m'empêche pas de respecter les recommandations sanitaires et je dois dire que je suis par contre très surpris de l'inconscience de bien des personnes qui en se mettant elles mêmes en danger ne comprennent pas qu'elles aggravent la situation générale et portent les danger auprès des autres.

    Demain je traverserais la Corse tout seul pour aller voir ma mère qui aujourd'hui rentre dans sa centième année. Cinq heures de route pour 45 minutes de visite, mais ce rendez vous est trop important pour moi.

    Pour en revenir au Covid on voit fleurir sur le net des tonnes d'articles plus savants les uns que les autres , et le déchaînement de caricatures et dessins plus ou moins sensés ou humoristiques , qui sont cependant salutaires pour conjurer le mauvais sort qui rôde.

    Il faut penser aussi aux conséquences dramatiques que bien des personnes subissent at aux nombreux commerces qui sont mis eux aussi en danger de mort.

    Malgré cela les artistes quelque soit leur notoriété font contre mauvaise fortune bon coeur en  nous faisant profiter de leurs talents,  pour  tenter d'endiguer la morosisté ambiante.

    j'ai choisi cette parodie , mais  au ton  dramatique,  qui résume bien les problèmes rencontrés en ce moment.

    Soyons optimistes, gardons espoir et souhaitont la mort espérée de ce maudit virus.

    Je vous souhaite une excellente semaine.

    Ne postillonez pas trop et prenez soin de vous....


    53 commentaires
  •  

    Projetons nous dans l'avenir......

     

     François Morel est un acteur, metteur en scène, publie des essais, humoriste confirmé et son billet matinal sur France Inter est toujours intéréssant à suivre. Je vous livre ci dessous son intervention récente sur la Covid 19, grand sujet d'actualité du moment

    Bien malin, sera celui qui pourra dire de quoi sera fait demain.

    « Je me souviens, le premier confinement, je ne l’avais pas mal pris. Il avait fait beau, on mangeait dehors. Je dinais à heure fixe, ça me changeait. Je réussissais à perdre du poids. J’écrivais. J’ai travaillé mais de manière différente. J’ai regardé des séries. Et puis surtout, j’ai profité de mes proches. Ce fut une parenthèse pas désagréable. Tous les soirs à 20h, comme tout le monde, j’applaudissais le personnel hospitalier. Je me disais que ce n’était pas si mal un pays qui, plutôt que son économie, privilégiait notamment la vie de ses vieux.

    Le deuxième confinement, j’ai moins aimé. D’abord, plutôt que vers le printemps, on allait vers l’hiver. On était un peu démoralisé. On se demandait combien de temps ça allait durer, s’ils allaient bientôt réussir à trouver un vaccin. Le soir, à 20h, on n’applaudissait personne. C’est pas quand on met les radiateurs qu’on va ouvrir les fenêtres en grand.

    Le troisième confinement, c’est là que la vente des chiens a explosé. C’était encore le meilleur moyen de justifier les promenades en ville. Ceux qui n’avaient pas les moyens de s’acheter un chien s’achetaient juste une laisse. Quand ils croisaient des gendarmes, ils se mettaient à courir la laisse à la main en criant Sultan ! Sultan ! Reviens ! Reviens Sultan, reviens !

    Le quatrième confinement, c’était l’anniversaire de la mort de Samuel Paty. Certains ont eu l’idée, (ça partait d’une bonne intention), d’applaudir tous les soirs à 20H les professeurs des écoles, des collèges, des lycées. Ça a fait des polémiques. Certains ont pensé que ça pouvait passer pour une provocation.

    Le cinquième confinement, je ne m’en souviens plus trop. Je crois que j’ai commencé à boire le premier jour et je suis resté torché pendant les six semaines. Je buvais. Parfois, je vomissais pour faire de la place. Puis je rebuvais… C’est surtout à partir du sixième confinement que j’ai repris du poids. Je me souviens que entre le septième et le huitième confinement, je ne suis même pas sorti de chez moi, j’avais perdu l’habitude. Pendant le neuvième confinement, en ouvrant la fenêtre, j’ai le voisin d’en face qui travaille dans le BTP qui m’a crié "Vu votre nouvelle silhouette, vous devriez peut-être faire élargir vos portes au cas où vous auriez envie de ressortir de chez vous entre les deux prochains confinements. De quoi je m’occupe ?" j’ai répondu en refermant la fenêtre.

    Le dix-septième confinement, je me souviens, on a regardé plein de films, des vieux trucs, des comédies sentimentales. Les enfants étaient quand même étonnés, ils ne comprenaient pas quand ça finissait bien, pourquoi le monsieur et la dame, se sentaient obligés de se frotter la bouche l’une contre l’autre, parfois même de sortir la langue en guise de contentement ? "C’est dégueulasse, ils disaient, c’est pas hygiénique et puis ça sert à rien…" On ne leur répondait pas trop, on avait peur de passer pour des parias, on avait de la nostalgie…

    Voilà. J’arrive bientôt à mon vingt-troisième confinement. D’une certaine manière, ça passe vite la vie confinée quand on est dans la torpeur. Pour les jeunes, on est des dinosaures. Ils nous demandent "Mais avant quand ça n’existait pas les confinements, qu’est-ce que vous pouviez bien faire toute la journée à traîner dehors ? Et pourquoi vous étiez obligés d’être en présentiel pour prendre un apéro avec des potes alors qu’avec Zoom c’est tellement plus pratique ?" On fait comme si on n’entend pas. On attend la nuit pour pouvoir faire des rêves de baisers, de poignées de mains, d'étreintes, de terrasses, de cinémas, de théâtres.

    Nos rêves d’aujourd’hui, c’était le quotidien d’hier...»

    François Morel

    Je vous souhaite une très bonne fin de semaine


    60 commentaires
  •  

    Vous savez que chaque jour c'est la fête internationale de quelque chose.Eh bien aujourd'hui tenez vous bien c'est la journée internationale du sourire ! Vous avez bien lu, cela m'a d'ailleurs fait bien rire. J'ai d'ailleurs largement préféré celle d'hier qui était consacrée au chocolat. 

    Vous conviendrez avec moi, qu'en ce moment il est très difficile de sourire.

    Allumez la télé et on vous annonce que la pandémie s'aggrave, que l'on va fermer bars et restaurants, qu'il faut se coucher à dix heures, mettre le masque et fermer sa bouche....Même les spectacles des humoristes qui nous ferait pourtant du bien sont annulés. Roland Garros est vide et l'arbitre du cour central entend même Nelson Monfort qui braille dans le micro de quelques télévisions...

    Le monde est en ébullition, des attentats en veux tu, en voila, on se fait la guerre aux quatres coins de la planète et voila t'il pas que ce cher Trump et son épouse Mélania sont atteints de la Covid.

     Quelque chose a du m'échapper. Je lève les yeux au ciel et je ne vois que nuages noirs, pluies violentes et éclairs,  et quand je les baisse, je vois une mer démontée qui s'abat avec fracas sur les rochers. Alors si l'un d'entre vous a vu ou entendu quelque chose qui l' a fait sourire qu'il l'expose clairement dans les commentaires.

    Avant que ne commence cette journée juste avant de me coucher hier au soir, la lune m'a fait un coucou elle était joyeuse et gavée de chocolat !

    Journées Internationales......

    Bonne fin de semaine, souriez vous êtes filmés....


    50 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique